#2 – The déclik’

Un peu comme certains d’entre vous, je suis arrivée à un moment de ma vie où j’ai deux choix : le premier est de continuer comme si de rien n’était. Un peu différent des jours précédents, mais de continuer quand même.

Viens alors la recherche d’un nouveau logement. Je serai bien tentée par une petite maison avec un jardin – pour y accrocher mon hamac (vous entendrez souvent parler de lui) – tout en me rapprochant de Vannes. Vous vous doutez bien que maison/jardin + vannes… ça coince ! Bon bah un appartement alors ? Plusieurs coloc’ à son actif ! Ma soeur me soumet l’idée sans que le poisson – oui je suis poisson – ne prenne à l’hameçon.

Le deuxième choix serait de rebondir. Après tout, à 29 ans, si on ne se lance pas maintenant ça sera peut-être jamais… ou plus tard.. ou pas ! Mais l’idée d’arrêter de jeter de l’argent par la fenêtre – ah oui parce qu’on va se mettre direct d’accord, je ne suis pas Crésus – Acheter… acheter ? Acheter ! Mouais… Les boules, oui ! Aller voir la banque, faire un prêt. Je n’ai jamais fait ça de ma vie.

Bref, un peu perdue mais résignée à ne pas me laisser fusionner avec le canapé, je ne prends aucune décision – bah oui, ce n’était pas une obligation non plus – et laisse les choses murir un peu. Peut-être se faire toutes seules, comme par magie… #wingardiumleviosa

THE BALADE

J’avoue flipper un peu de rester toute seule. Par manque d’habitude ou par peur de trop réfléchir, j’accepte l’invitation d’une amie pour aller marcher sur les sentiers côtiers de Conleau.

Bien accompagnée pour tourner une page qui est presque aussi longue qu’un tiers de ma vie – coup de vieux – on marche, on parle de tout et de… de tout, parce qu’on ne parle jamais de rien, de travail, de notre week-end et surtout de vous (les hommes)… et blablabla blablabla.

Oh… un banc ! « T’as mal au pied ? Moi aussi, ok on se pose ». Nous abordons le sujet de voyage, l’envie de Simone, de faire le tour du monde, de ses 18 déménagements et surtout d’une petite idée qui lui trotte dans la tête depuis quelques semaines. Un compromis entre bouger et s’installer, louer et acheter, une Tiny House !

Je connaissais déjà le concept pour en avoir déjà loué une en week-end mais sans plus pouvoir l’arrêter, elle me parle de ses recherches, elle me montre des photos plein son téléphone, elle me parle de Mathilde, Tinyhouseuse Vannetaise… mais, mais, mais OUI. Olala, c’est tellement bien !!! Je like, je valide, j’aime #ontravailledanslacom

Je m’en suis retrouvée presque gênée, peur de lui piquer son idée ou de m’incruster à son projet.
Puis le banc se transforme en chemin de retour, puis en une bière en terrasse, puis un saucisson – et donc une deuxième bière ! Des heures à regarder les photos, à s’exciter sur le concept, sur l’évidence même du projet en accord avec nos personnalités. Puis toutes les bonnes choses ont une fin – fin de la soirée, je vous rassure, pas du projet. Nous sommes rentrée chacune chez soi, sans pouvoir m’endormir avant 3h du mat’ à lire tous les articles qui parlent de Tiny, à dévorer le blog de Mathilde, à regarder des vidéos d’auto-construction… ZzzZzZzh

Simone (Alexia

2 commentaires sur “#2 – The déclik’

  1. HO les filles, génialissime votre idée !
    Qu’est-ce que j’aimerais avoir votre audace et une bonne copine qui m’accompagnerai dans ce projet enchanteur.
    Je vous souhaite une belle réussite dans votre projet.

    Et si vous envisagiez l’achat d’un terrain en copro avec d’autres fofolles ? Je ne sais pas si c’est jouable, mais ça peut vous permettre de trouver une bonne solution, pérenne, et à coût modéré.

    Bon… je suis en train de me mèler de ce qui ne me regarde pas lol

    Bizzz les Simone

    1. Bonjour Eve,
      On reste disponible si tu veux échanger avec nous 🙂 Peut-être bien que nous allons agrandir notre cercle de Simone 😛 Pour le terrain, on y a déjà penser. A voir comment avance notre recherche 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *